<< retour   accueil | contact
  PRÉSENTATION HABITER TRAVAILLER SE DÉPLACER VIVRE EN SOCIÉTÉ
ZOOM

Abattoir pour la ville de Tarbes (Hautes Pyrénées), Mr ALBRIZIO, Architecte.
Le Recueil d'Architecture, Architecture Civile, 10ième année, Fe 35, 2ème section, Edifices d'Utilité publique, marchés, abattoirs, PL35.

ZOOM

Abattoir pour la ville de Tarbes (Hautes Pyrénées), élévation principale, coupe transversale, Mr ALBRIZIO, Architecte.
Le Recueil d'Architecture, Architecture Civile, 10ième année, Fe 38, 2ème section, Edifices d'Utilité publique, marchés, abattoirs, PL37.
ZOOM

Abattoir pour la ville de Tarbes (Hautes Pyrénées), élévation latérale et coupe longitudinale, Mr ALBRIZIO, Architecte.
Le Recueil d'Architecture, Architecture Civile, 10ième année, Fe 48, 2ème section, Edifices d'Utilité publique, marchés, abattoirs, PL39.
ZOOM

Abattoir ville de Lons le Saunier, coupe d'un échaudoir, Mr VAURABOURG, Architecte.
Le Recueil d'Architecture, Architecture Civile, 5ième année, Fe 50, 2ème section, Edifices d'Utilité publique, marchés, abattoirs, PL9.
ZOOM

Abattoir de Mézin
« Département de Lot-et-Garonne
Projet d’abattoir
Mézin, le 2 septembre 1887
- Elévation de l’ensemble des façades
Première page du devis. »

Source : Archives Départementales de Lot-et-Garonne

ZOOM

Abattoir de Mézin
« Projet d’abattoir
Mézin, le 2 septembre 1887
- Elévation de l’ensemble des façades
Plan des bâtiments.»

Source : Archives Départementales de Lot-et-Garonne

ZOOM

Abattoir de Nérac ; fin XIX° siècle ; architecte : Albert Courau ; vue sur un des deux bâtiments de l’abattoir : baies en plein cintre notables.
ZOOM

Abattoir de Tonneins ; 1884 ; architecte : Mr Guillory ; vue sur l’entrée de l’abattoir ; bâtiment au premier plan doté de baies en plein cintre et cour centrale.
ZOOM

Abattoir de Tonneins; 1884 ; architecte : Mr Guillory ; corps de bâtiments appartenant à l’abattoir.

Abattoirs

>> Usines
>> Fabriques
>> Abattoirs
>> Halles
>> Grands Magasins
>> Banques

Définition : L’abattoir désigne le bâtiment ou l'on abat les animaux de boucherie.

La création des abattoirs se fit par décret le 9 février 1810. Les premiers abattoirs apparurent à Paris, c'est Napoléon qui ordonna la création de 5 établissements de ce type à l'extérieur de la ville. Ils furent terminés en 1818 et c'est à partir du 15 septembre de cette même année que fut interdit l'abattage des bestiaux à l'intérieur de la ville.

La majorité des abattoirs du Lot-et-Garonne sont apparus à partir de la seconde moitié du XIX° siècle (abattoir d’Agen construit en 1849). On retrouve chez tous le même style architectural.

Composées de divers bâtiments, ils sont souvent disposés sur un plan en forme de U et forment une cour, au centre de laquelle a lieu l'abattage des animaux. Chaque bâtiment a une vocation spécifique: triperie, bouverie, bergerie, porcherie, échaudoir...

Les matériaux utilisés pour la maçonnerie sont identiques dans presque tous les abattoirs du département; ainsi l'utilisation de pierres de taille et de moellons en calcaire est fréquente, certains d'entre eux présentent aussi des briques notamment pour les encadrements des ouvertures.

Selon les cas, les façades peuvent être recouvertes d'un enduit. Les couvertures des toits à longs pans sont conçues avec des tuiles.

A ce jour, sur les établissements ayant eu pour fonction initiale l'abattage des animaux, seuls 2 d'entre eux conservent encore cette fonction (Tonneins et Villeneuve-sur-Lot). Certains ont été reconvertis (celui de Mézin en habitation; celui d'Agen en faculté).

D'autres sont à l'abandon (Nérac) ou récemment détruits (Marmande), ce qui est souvent le sort de nombreux bâtiments industriels datant du XIXème siècle.

C.A.U.E. 47 - Maison des Maires, 9 rue Etienne Dolet, 47000 AGEN
Tél. 05 53 69 42 42 - Fax. 05 53 69 42 41 - Mentions légales
accueil | contact